Un virus mortel disparaît d'un laboratoire américain hautement sécurisé

Surtout ne paniquez pas. Ce n'est pas pour vous inquiéter mais une fiole contenant le virus Guanarito, capable d’engendrer une grave fièvre hémorragique, a disparu d’un laboratoire hautement sécurisé du Texas, aux États-Unis.

laboratoire securise

Dans un communiqué diffusé le 23 mars, le président de l’école médicale de l’Université du Texas, David Callender, a expliqué que l’équivalent de "moins du quart d’une petite cuillère" de ce virus était introuvable dans le congélateur pourtant fermé à clé qui se trouve dans les locaux sécurisés du Galveston National Laboratory.

Une disparition mise au jour grâce à une inspection qui s’est déroulée le 20 et 21 mars.

"Le système de sécurité des locaux n’a pas été forcé et il n’y a pour le moment aucun signe de méfait", a ajouté Callender. "Il est fort possible, mais cela reste à confirmer, que la fiole ait été détruite au cours d’une procédure classique de stérilisation".

Un micro-organisme sous très haute surveillance

La fiole, qui renfermait ce que l’on appelle couramment la fièvre hémorragique du Venezuela, était contenue dans un laboratoire P4. Une classification réservée aux locaux susceptibles d'abriter des micro-organismes très pathogènes et très dangereux (taux de mortalité très élevé en cas d'infection, absence de vaccin protecteur, etc.).

Une fois contaminé par le virus, l'être humain développe plusieurs des symptômes typiques d'une fièvre hémorragique: fièvre élevée, épuisement et hémorragies au niveau des muqueuses (bouche, yeux, nez, anus).

H5N1, le virus le plus dangereux du monde

La disparition de cette fiole ne devrait donc pas poser de problème majeur de santé aux États-Unis ni chez nous mais remets en question la sécurité d'autres souches encore plus dangereuses.

Cela pourrait ainsi forcer certains scientifiques à revoir leur ambition de reprendre les recherches — arrêtées début 2012 — sur une mutation du H5N1, le micro-organisme responsable de la grippe aviaire, considérée comme plus dangereuse que l’anthrax.

Pour lire l'intégralité de l'article: The Huffington Post

madiWIKIbuzzer