Le monstre du Loch Ness aurait un cousin en Russie

Le lac Labynkyr en Sibérie a la particularité de ne jamais geler, même au plus froid de l'hiver. Une particularité qui alimente le mystère quant au fait qu'une étrange créature habiterait les profondeurs de ce lac. Nommé "The Devil" ("Le Diable"), ce monstre serait l'équivalent russe du Monstre du Loch Ness et aurait été aperçu l'an dernier, rapporte Gentside.

 lochness russie

On a tous déjà entendu parler du monstre du Loch Ness qui hanterait les profondeurs du lac écossais, mais on n’avait pas encore entendu parler de son homologue russe. Les contes le surnomment "The Devil" ("Le Diable"). Les scientifiques russes prétendent avoir retrouvé des restes de ce monstre. En effet, les plongeurs se sont rendus dans l’eau du lac Labynkyr à - 42°C et ont découvert que les rumeurs d’un monstre pouvaient être probables.

"Nous avons trouvé des restes de mâchoire et de squelette"

Les géologues ont ainsi annoncé avoir trouvé des restes de mâchoires et de squelette qui pourraient appartenir à "The Devil.

"Il y a eu toutes sorte d’hypothèses à propos de la nature de cette créature : un énorme poisson, un reptile ou bien encore un amphibien.

Aucune de ces versions n’a pu être démontrées ou controversées…

Cependant, nous avons réussi à trouver des restes de mâchoire et de squelette d’un quelconque animal" a expliqué Viktor Tverdokhlebov, relayé par The Daily Mail.

Les légendes racontent que le monstre du lac de Sibérie mesurerait plus de 10 mètres en longueur.

L’an passé, une photo étrange a été prise. Elle nous montre une vue du lac Labynkyr avec une sorte de tâche noire sortant de l’eau.

Bien entendu, tout le monde s’est affolé et a prétendu qu’il s’agissait de la créature. Le plongeur Dmitry Shiller a mené une mission pour la Russian Geographical Society pour vérifier s’il s’agissait bel et bien du monstre. Il a donc plongé dans ce lac qui a pour moyenne plus de 50 mètres de profondeur.

Les eaux les plus profondes se trouvent à 80 mètres. Ce lac est un mystère pour les habitants et les scientifiques car l’hiver, le lac Labynkyr ne gèle pas comme tous les autres de Sibérie. En effet, l’eau se maintient à une température de 2°C à la surface. C’est pourquoi les hypothèses d’un monstre s’y cachant alimentent encore plus les histoires et les légendes qui datent du XIXe siècle.