Faut-il parler de sexe avec son partenaire ?

En tout juste 30 ans, les mentalités ont beaucoup évolué en terme de « sexe talking ». Si on parlait à peine de contraception à l’époque de nos grands parents, il est temps de saisir ce changement. En plus c’est tout benef’ pour l’épanouissement sexuel.

parler sexualite

Avant de pouvoir parler sexe, la confiance et le respect de l’autre sont des données primordiales. Se livrer sur ses fantasmes n’est pas toujours facile. C’est comme une partie de notre jardin secret qu’on livre à son partenaire, on ne veut surtout pas être jugé.

Il est nécessaire alors d’y aller doucement, d’aborder le sujet de manière détournée comme lui proposer de tenter de nouvelles expériences, pour s’amuser (et non pas parce que « avec toi, c’est naze »). Comme vous voulez, comme vous le sentez, mais toujours en douceur.

Ego et fierté sont vulnérables dans ce genre de discussion

Si les idées reçues ou les Sextoys ne vous ont jamais tenté ou vous évoquent une image que vous n’assumez pas, alors le lubrifiant suffit amplement pour commencer.

Des tas de lubrifiants existent, vous trouverez le votre (sucré, aromatisé…). Les jeux coquins à base de petites actions originales, vendus avec bougies et mode d’emploi, vous assurent un bon moment.

Dans le pire (ou le meilleur) des cas, vous passerez un moment à rire.

N'allez pas trop vite.

Vous pouvez commencer la conversation un vendredi, la reprendre le vendredi suivant et continuer à en parler durant plusieurs semaines de la même façon. On ne doit pas se moquer ni manquer de respect envers les besoins de chacun. Cela ne vous mènera nulle part.

Petit à petit, l’un d’entre vous, ou peut être les deux, commencerez à ressentir le désir de vous balader dans un sex-shop. Idées enfouies et fantasmes prendront vie et la timidité laissera place à l’excitation et au désir.

Quand l'ego est mis à nu, on a besoin d'un mélange équilibré entre vulnérabilité et humour, mais encore plus important, entre amour et respect l'un pour l'autre.