Faire l'amour pendant les examens est bénéfique

Etude et stress sont deux mots bien connus des étudiants lors des examens. Une période peu sympathique.
Une Université de Grande-Bretagne a démontré que le sexe avant un stress pouvait être bénéfique.

Les recherches proviennent de l’Université de Paisley et ont été publiées dans le magazine NewScientist.

Le psychologue Stuart Brody a étudié les habitudes sexuelles de 24 femmes et 22 hommes.
Il a ensuite comparé leurs activités à leur aptitude à pouvoir gérer leur stress, en mesurant la tension artérielle.

Et les résultats sont là : les personnes ayant eu des rapports sexuels réguliers sont beaucoup moins stressés que les personnes ayant eu recours à la masturbation ou à l’abstinence.

faire-lamour-pendant-les-examens-est-benefique

FAITES L’AMOUR, C’EST BON POUR VOTRE SANTÉ !

Quels sont les bienfaits de l’amour pour la santé ?

Au-delà du plaisir ressenti, l’acte sexuel et l’orgasme libèrent des hormones dans le cerveau (ocytocine, sérotonine, endorphine) aux effets positifs aussi nombreux que surprenants.

Ainsi, faire l’amour :

*Réduit les migraines et les douleurs.
*A un effet positif sur la mémoire.
*Augmente un type d’anticorps qui possède un effet protecteur sur différents types d’infections, y compris le rhume ou la grippe.
*Réduit le cancer de la prostate chez l’homme et du sein chez la femme.
*Est bon pour la ligne.

Faire l’amour, facteur de longévité

« Le coït est un véritable sport qui maintient une bonne condition physique. Combiné à l’effet positif de l’acte sexuel sur le moral, les gens se sentent mieux dans leur peau. Et il a été démontré que les gens plus heureux vivent plus vieux », explique le sexologue Pascal De Sutter.

Une étude publiée dans le British Medical Journal a, par ailleurs, montré que les hommes qui faisaient l’amour moins d’une fois par mois présentaient deux fois plus de risques de mourir dans les dix prochaines années que ceux qui pratiquaient l’acte sexuel une fois par semaine.

Une autre étude menée pendant 25 ans sur 270 sujets à la Duke University a montré que plus les hommes faisaient l’amour, plus ils vivaient longtemps.

Si la fréquence élevée des rapports sexuels induit une augmentation de l’espérance de vie chez l’homme, ce n’est pas forcément le cas chez la femme. Pour elle, c’est la perception d’une vie sexuelle de qualité qui prime.

Faire l’amour avec des sentiments est plus bénéfique

Il ne faut pas forcément éprouver des sentiments amoureux envers son partenaire pour en tirer des bienfaits pour la santé. « Peu importe tant que vous y trouvez du plaisir » explique Pascal De Sutter.

Par contre, selon le sexologue, la présence de sentiments augmente ce plaisir. Un acte sexuel satisfaisant n’est par ailleurs jamais totalement dépourvu d’un certain attachement.

L’amour physique déconseillé aux cardiaques... à tort !

Une étude menée sur vingt ans auprès de 914 hommes a montré que les personnes qui pratiquent l’acte sexuel à une fréquence qui varie entre une fois par mois et deux fois par semaine, y compris ceux souffrant de problèmes cardiaques, n’ont pas plus d’attaques que les autres.

Bien au contraire. « Si vous courez un marathon à froid, oui, il y a danger. Mais si vous vous entraînez régulièrement, votre corps sera prêt à soutenir l’effort. Le même raisonnement s’applique aux cardiaques pour l’acte sexuel », explique Pascal De Sutter. Une version très récemment confirmée par deux éminents cardiologues américains et par la ‘American Heart Association’.

Morale de l’histoire, continuez à faire l’amour de manière régulière et à votre rythme pour muscler votre cœur et votre cerveau!

Source: E-Santé Magazine

madiWIKIbuzzer