Un élan de solidarité pour la fillette au crâne hypertrophié

Le sort d’une petite Indienne de 18 mois souffrant d’une hypertrophie du crâne, (voir l'article ici) une maladie rare et impressionnante mais qui peut être soignée, a provoqué un élan de solidarité et la promesse d’un examen médical, après l’appel à un «miracle» lancé par ses parents pauvres.

Roona Begum

Un hôpital réputé de New Delhi a offert lundi d’examiner la petite Roona Begum

Le nourrisson vit dans l’Etat défavorisé du Tripura (nord-est) avec ses parents trop pauvres pour la faire hospitaliser et tenter une opération. Avec une circonférence de 91 cm, sa tête est deux fois plus grosse que la normale, ce qui l’empêche de se tenir droite ou de marcher à quatre pattes.

La diffusion de photos prises par un photographe de l’AFP vendredi a suscité l’émoi de lecteurs à l’étranger et un site internet basé en Norvège a été créé pour lancer une campagne de collecte de fonds.

Un neurochirurgien indien reconnu, Sandeep Vaishya, qui dirige le département de neurochirurgie dans un hôpital du groupe privé Fortis Healthcare, près de New Delhi, a promis d’examiner Roona pour voir si une opération est envisageable.

«Fortis va s’occuper de son transfert et nous allons faire un scanner pour vérifier l’état de son cerveau. J’espère que nous allons pouvoir l’opérer et relâcher la pression sur le cerveau», a déclaré à l’AFP le spécialiste.

Le groupe Fortis, qui gère 76 hôpitaux dans 11 pays, possède une fondation caritative qui permet de prendre en charge les frais d’opérations chirurgicales.

Un site internet pour la collecte de dons

Le site internet www.mygoodact.com basé en Norvège a commencé à collecter des dons et a déjà recueilli 8.800 dollars (6.700 euros) en trois jours.

Agé de 22 ans, le fondateur de ce site, Jonas Borchgrevink, a raconté avoir lancé cette initiative avec une amie étudiante, Nathalie Krantz, après avoir vu des photos de Roona sur internet.

Selon l’Institut américain sur les troubles neurologiques, un nourrisson sur 500 souffre d’hydrocéphalie. Le traitement le plus fréquent consiste à faire s’écouler le liquide céphalo-rachidien logé dans le cerveau vers une autre partie du corps où il pourra être facilement absorbé dans le flux sanguin.

Des cas extrêmes comme Roona sont très rares, selon le Dr Vaishya.

Le site internet pour la collecte de dons est consultable à cette adresse:  collecte de dons

Source: Libération avec AFP

madiWIKIbuzzer