Punie par ses parents de ne plus accéder à Facebook, la jeune se suicide

En ce temps où les jeunes subissent des critiques énorme par rapport à leur attraction et utilisation excessives aux réseaux sociaux tels que Facebook, Tweeter ou autres, on observe des cas de figures de parents qui tendent à diaboliser cette pratique "nouvelle" de leurs enfants.

Certains arrivent à modérer des habitudes surabondantes, mais d'autres dépassent des limites dangereuses, tout comme le cas des parents de cette petite victime de 17 ans qui a été punie pour avoir trop utilisé Facebook. 

Tout d'un coup elle se trouve privée de sa vie virtuelle et ses interactions devenues quotidiennes, de même elle se trouve clouée dans un vide relatif d'un point de vue physique aussi que moral. Cette tragédie a eu lieu à Parbhani, une ville en Inde. L'adolescente s'appelle Aishwarya Dahiwal, elle s'est suicidée...

Sur cette affaire, l’enquêteur G.H. Lemgude.« Comme tous les parents, leur intention était noble, ils désiraient s’assurer que leur fille ne dévie pas de son parcours. Ils lui ont suggéré de se concentrer sur ses études et de se tenir loin des discussions interminables au téléphone portable et sur les sites de réseautage social »

Bien compris, la punition de ces malheureux parents, dont on doute guère de leur amour infini envers leur fille, n'avait abouti à aucun résultat désiré, sauf la tragédie qui pourrait nous faire apprendre une leçon de vie rarement éduquée; C'est que les méthodes limites qui semblent marcher sur les uns sont des dangers mortels pour les autres, spécialement les enfants que même s'ils n'affichent rien en expression risquent d'emmagasiner des toxines mentales. Les professeurs de psychologie ont tant appelé les parents et responsables à recourir au dialogue, la décortication et la correction ciblée des enfants commettant des bétises (quel que soit le degré) plutot qu'au recours immédiat à la sollicitation sous contraintes. Ceci est à prendre en compte, dirait la raison.

Le témoignage le plus intense pour ceci est cette lettre de suicidé de la jeune victime:

« Est-ce que Facebook est si mauvais? Je ne peux vivre sous un toit avec de telles restrictions au même titre que je ne peux vivre sans Facebook ». Paix à son âme!

 

hayWIKIuser
Source : insolite.ca