Il explique son meurtre sur Facebook en diffusant une photo de sa femme morte

Si Facebook fait de plus en plus d'efforts pour contrôler les images diffusées sur son site, difficile d'empêcher instantanément les publications qui sont contraires aux règles d'utilisation, c'est-à-dire "incitant à la haine ou à la violence, menaçants, à caractère pornographique ou contenant de la nudité ou de la violence gratuite".

C'est pourquoi un habitant de Miami en Floride (au sud des États-Unis) a réussi à poster une photo de sa femme qu'il venait de tuer, avant de se rendre aux autorités, a-t-on appris jeudi auprès de la police.

Derek Medina "s'est rendu à la police il y a quelques heures pour avouer son crime et il est actuellement interrogé", a expliqué à un responsable de la police de Miami qui a par ailleurs révélé que la victime, Jennifer Alfonso, 26 ans, avait été tuée par balle plus tôt dans la journée.

C'est sur sa propre page Facebook que son mari, âgé de 31 ans, a publié une photo du corps ensanglanté gisant sur le sol d'un appartement avec la légende "Paix à ton âme Jennifer Alfonso".

commentaire-facebook-DEREK-MEDINA-FACEBOOK

Peu avant, Derek Medina avait posté ce commentaire: "Je vais aller en prison ou être condamné à mort pour avoir tué ma femme, je vous aime mes amis, vous allez me manquer, prenez soin de vous, les gens de Facebook vous allez me voir aux informations. Ma femme me battait, je ne peux supporter un tel abus voilà pourquoi j'ai fait ce que j'ai fait. J'espère que vous me comprendrez"

"Le contenu nous a été signalé," a expliqué un porte-parole de Facebook à l'agence américaine Associated Press, "Nous avons pris les mesures nécessaires: nous avons supprimé les publications et désactivé le profil puis nous avons contacté les autorités. Nous prenons des mesures pour toutes les publications qui enfreignent nos conditions d'utilisation clairement exposées sur le site".

madiWIKIbuzzer